lundi 29 décembre 2014

D'après Frontex, le nombre de détection de migrants augmente aux frontières extérieures (rapport ARA 2014)


Voici ce que déclare l'agence européenne Frontex dans son dernier rapport annuel faisant de la situation aux frontières de l'Union. Elle indique en effet que le nombre de détections de franchissement illégal de la frontière de l’Union s’est accru de 48% entre 2012 et 2013 (72 500 à 107 000). Cependant, si ce nombre est supérieur aux niveaux de 2009 et 2010, il demeure néanmoins inférieur à ceux de 2011 (c’est-à-dire l’année du Printemps Arabe).

Parallèlement, ce rapport 2014 révèle les détections de  "passeurs" ont baissé de 11%, ce qui peut s’expliquer par un changement de méthodes vers l’utilisation plus fréquente des techniques d’abus des canaux légaux, qui permet aux passeurs de pratiquer leurs activités sans nécessairement accompagner les migrants. Pour les rapports précédents, à lire sur securiteinterieure.fr ARA 2013 : la pression de l'immigration clandestine décroît aux frontières de l'UE mais... et le rapport ARA 2012 : Le nombre de migrants illégaux aux portes de l'UE augmente selon le rapport 2012 de Frontex).

La porte de la Méditerranée


En 2011, environ 700 millions de personnes sont entrées illégalement dans l'Union européenne en franchissant la frontière extérieure. Les moyens les plus utilisés sont, par ordre d'importance : le transport aérien, la voie terrestre, et la voie maritime. Les principaux pays de destination sont:
  • la France;
  • le Royaume-Uni;
  • l'Allemagne.

Les refus d'entrée sont en augmentation, plus 11% entre 2012 et 2013 et concernent principalement les Russes (notamment les Tchétchènes), les ukrainiens et les albanais, arrivés par voie terrestre de l'Est de l'Europe. Pour lutter plus efficacement contre les migrations illégales,

Au total, les activités des autorités de Frontex ont augmenté de 48% entre 2013 et 2012, mais demeurent inférieures au pic observé en 2011, à l'occasion des Printemps arabes. Au sud du continent, les deux principales voies d'accès sont la Méditerranée centrale et la Méditerranée occidentale.
  • En Méditerranée centrale, la hausse du nombre de migrants est spectaculaire avec une augmentation de 288% par rapport à 2012. Partant principalement de Libye, les migrants tentent de rejoindre les côtes sud italiennes, ce qui provoque de nombreux drames humains. Plus à l'Est, le nombre de migrants empruntant la route menant de la Turquie à la Grèce a diminué;
  • En Méditerranée occidentale, près de 7000 interceptions ont été enregistrées en 2013. Le détroit de Gibraltar (et les côtes espagnoles plus globalement) ainsi que Ceuta et Melilla constituent les principaux points d'interception et donc de passage pour les migrants.


En ce qui concerne la nationalité des migrants clandestins, ceux qui tentent le voyage viennent des principaux foyers de crise et de pauvreté de la planète (corne de l'Afrique, Afrique du Nord, Moyen-Orient, ...).
Les Syriens et les Erythréens sont les populations dont le nombre de candidats à l'immigration vers l'Europe a le plus augmenté. 
Ainsi,  il  y avait près de 8000 entrées clandestines de syriens en 2012 et plus de 25 000 en 2013. Les entrées illégales de migrants érythréens sont passées de près de 2500 en 2012 à plus de 10000 en 2013.

Inversement, le flux de migrants venant d'Afghanistan s'est considérablement réduit entre 2012 et 2013 (de près de 14000 en 2012 à moins de 10000 en 2013).
Les migrants en provenance des Balkans occidentaux ont représenté une augmentation importante, de 6 400 en 2012 à près de 20 000 en 2013.
Les refus d’entrée pour les ressortissants de ces pays (Serbie, Monténégro, Bosnie-Herzégovine, Albanie) représentaient 18% du total en 2013, contre 9% en 2010. Leur entrée sur le sol européen est systématiquement suivie de demandes d’asile et souvent par la poursuite de leur voyage vers d’autres Etats membres.

Fraude documentaire

Le rapport recense près de 10.000 détections de migrants utilisant des faux documents pour entrer l’UE ou la zone Schengen. Les moyens privilégiés s’orientent dorénavant vers l’utilisation de documents obtenus illégalement et l’usurpation d’identité, qui ont augmenté en 2013.

 Pour éviter ces abus et fraudes, Frontex a créé en 2012 le Réseau d’Analyse des Risques de Fraude, une plateforme d’échange d’informations entre les Etats Membres. Grâce aux 29 pays de cette alliance, et à une meilleure définition du plan, de nombreuses tentatives d’entrée en UE par des résidents de pays tiers fraudant ont été interceptées (+24% en 2013).
Les Albanais étaient jusqu’à 2012 les plus nombreux à faire l’usage de faux ou d’usurpation, mais depuis 2013, il s’agit des Syriens et des Marocains.

La plupart des cas de fraudes concernent des documents de voyage au sein de l’Union, ce qui indique une réorientation des pratiques, de l’utilisation de passeports vers celle de documents moins sophistiqués comme les cartes d’identité et les permis de séjour.

Drogue et terrorisme

Le rapport ARA indique qu'il y a moins de saisies de cannabis en provenance du fournisseur traditionnel qu'est le Maroc, mais une hausse des flux en matière de cannabis provenant d'Afghanistan se fait sentir. Cela dit, il semblerait que les importations de cannabis sous forme d'herbe baissent en raison d'une hausse de sa production en Europe.
De plus, l'Albanie est devenu un producteur important de cannabis. Ainsi, une étude portant sur 12,5% du territoire albanais estime que cet espace produit 1000 tonnes de cannabis par an pour une valeur de 4,5 milliards d'euros.

Si le cannabis est la drogue illégale la plus exportée vers l'Europe, la cocaïne et l'héroïne se situent juste derrière dans ce classement.
Bien que leur consommation semble en diminution depuis plusieurs années, le trafic d'héroïne continue d'emprunter la route des Balkan depuis l'Afghanistan (passant par le Pakistan, l'Iran, la Turquie puis les Balkans), le principal pays producteur mondial, et contribue à financer les activités de groupes criminels organisés.

La Turquie, par sa position centrale dans les routes commerciales terrestres entre l'Europe, l'Asie et l'Afrique, semble être une plaque tournante du trafic international de drogue.
C'est là que les saisies de drogues ont été multipliées par 4 entre 2001 et 2009. Cela dit, si le trafic reste important aujourd'hui en Turquie, le nombre de saisies est en baisse.

Enfin, Frontex a identifié et étudié le phénomène des Européens partant combattre en Syrie en 2013. Entre 396 et 1937 Européens auraient été identifiés comme étant partis faire le Jihad en Syrie.
Dans ce rapport, on apprend que, depuis l'estimation d'avril 2013, le nombre d'européens partis faire le Jihad en Syrie aurait été multiplié par trois. Ces Européens deviennent des combattants radicalisés et sont parfois mineurs. Les États Membres de l'UE craignent par ailleurs que ces combattants reviennent par la suite dans leur pays afin de mener des attentats terroristes.

Asile

En 2013, près de 354 000 demandes d’asile ont été enregistrées dans les Etats de l’UE. Cela demande une charge de travail particulière pour les autorités frontalières qui doivent appliquer le nouveau système Dublin III.
Les Syriens sont les plus nombreux à demander l’asile (près du double face à 2012), puis les Russes et les Afghans. Pour résoudre les flux de migrants Syriens, l’Allemagne a permis à 10 000 d’entre eux au total, en mai et décembre 2013, de rester sur son territoire pour une période de deux ans pour raisons humanitaires.


Résumé du rapport ARA 2014 fait sous la supervision de securiteinterieure.fr par les étudiants du Master Sécurité, Intelligence et Gestion des risques (SIGR) de Sciences Po Lille dans le cadre du cours "Sécurité intérieure et menaces transnationales".



Et pour aller plus loin sur securiteinterieure.fr :

De même que les :

suivez securiteinterieure.fr sur twitter : securitepointfr


retour au sommaire de securiteinterieure.fr



page principale :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

remarques et suggestions à formuler à securiteinterieure [à] securiteinterieure.fr

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.